Yves Marcellin, le goût de l’icône